Chat with us, powered by LiveChat

L’approche zéro-tolérance contre la criminalité continue

On pourrait dire que le gouvernement Conservateur retourne à une approche de zéro tolérance contre la criminalité, ce qui n’a rien d’étonnant puisque nous approchons des élections importantes. Ils travaillent maintenant sur un projet de loi qui permettrait aux tribunaux d’infliger une peine de détention à perpétuité sans aucune possibilité de libération conditionnelle.

Détenir quelqu’un est très coûteux donc il est peu probable que cette idée soit acceptée par les experts en matière de justice criminelle. Il faut aussi penser à la Charte des Droits et Libertés. De même, il faut penser à l’idée de la réhabilitation, qui est supposément l’objectif de notre système de justice criminelle. L’emprisonnement à perpétuité éliminerait ce noble but. Les Conservateurs ne pensent à rien de plus que la sanction.

Cette idée sera, bien sûr, très attirante pour la base électorale des conservateurs. Après tout, si vous commettez des actes terribles, une peine importante devrait s’en suivre. Peu de personnes seraient contre cette idée.

Le problème avec leur idée est que l’emprisonnement à perpétuité manque de réaliser les objectifs que l’incarcération doit accomplir, outre que la punition. Les recherches démontrent qu’une sanction plus sévère n’a pas forcément d’effet dissuasif. Il est donc peu probable que cette mesure diminue le taux de criminalité. Ne soyez pas dupés par la déclaration des Conservateurs qu’ils prennent ces mesures pour assurer la protection des victimes, car ils ne font rien pour arrêter les crimes.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles l’emprisonnement à perpétuité ne fonctionnera pas dans le contexte de la justice criminelle. Mais il y aussi plusieurs raisons pour lesquelles cette mesure risque de devenir une question politique controversée dans les prochaines élections. Je soupçonne que ça soit le vrai but de ce nouveau projet de loi.

A vous de juger.

Pour plus d’informations:

http://www.journaldemontreal.com/2015/01/27/les-conservateurs-veulent-enfermer-a-vie-les-delinquants-qui-commettent-des-crimes-tres-graves

 

About Michael Ashby

Michael Ashby is Co-Founder and Communications Director for the National Pardon Centre. Get in touch with Michael by sending an email to mashby@nationalpardon.org or calling extension 227.Michael Ashby est le co-fondateur et le directeur des communications au Centre du Pardon national. Contactez Michael par email au mashby@nationalpardon.org ou par téléphone au poste 227.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

newspaper templates - theme rewards