Chat with us, powered by LiveChat

Les Conservateurs ont malmené le pardon. Espérons que les Libéraux feront mieux.

Peu après l’élection du parti Libéral au pouvoir, Ralph Goodale, le nouveau Ministre de la Sécurité publique, a annoncé une réforme complète du système du pardon. Cette réforme est nécessaire et ce, de façon urgente, à cause de tous les changements négatifs causés par le précédent gouvernement conservateur.

Une politique « Dure envers le crime » cause du tort à tous

Les changements précédemment effectués à propos du programme du pardon est un bon exemple pour prouver pourquoi une politique qui se veut dure envers le crime est grandement inefficace. Dans le cas des Conservateurs, ceux-ci ont cru que d’être plus sévères envers le crime serait bénéfique pour le système de la justice criminelle et pour la société en général. Mais le contraire s’est produit.

Avec une baisse de près de 50%, cela signifie que 13 000 personnes n’ont pas pu se trouver un emploi, si on compare ce nombre aux précédentes années.

http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/01/11/chutes-demandes-pardon-judiciaire_n_2452392.html

Et pourtant, le système du pardon s’était jusqu’alors démontré comme très efficace ! Avec un minime taux de récidive de 4%, il était clair, simplement en regardant les statistiques, que les pardons étaient un net bénéfice pour tout le monde. Si presque personne ne commet une nouvelle offense après avoir obtenu son pardon, comment un politicien peut-il trouver logique de voter des lois qui réduisent l’accès au pardon ?

Article en anglais : https://www.thestar.com/opinion/editorialopinion/2013/02/03/ottawas_anticrime_agenda_hurts_canadians_looking_for_a_new_start.html

 Les changements étaient réalisés pour un agenda politique ; pas pour le bien-être de la justice

Stephen Harper était rusé et savait utiliser les événements à son avantage. Par exemple, lorsque l’histoire de Graham James a refait surface, il a utilisé cette histoire isolée pour attirer l’attention sur son agenda politique qui visait à être plus sévère envers le crime. Ce qui est intéressant, c’est que les Conservateurs avaient précédemment révisé le système du pardon et avaient conclus que rien ou presque n’avait à être modifié. En d’autres mots, les Conservateurs trouvaient que le programme du pardon était efficace.

Toutefois, l’histoire d’un joueur de la LNH qui recevait un pardon après avoir abusé sexuellement de jeunes garçons était une goutte de trop pour le public, et la controverse a éclatée. Tandis que les Libéraux tentaient de conserver une vision rationnelle de la justice criminelle, Stephen Harper clamait à répétition que cette situation était inacceptable. Il a utilisé chaque opportunité possible d’apparaître aux côtés d’une victime de Graham James devant la caméra. En agissant ainsi, il n’avait d’autre choix que de poursuivre dans cette même voie et de durcir son attitude face au pardon… ou d’apparaître lâche.

Mais un exemple isolé n’est pas une raison suffisante pour remanier un programme social dans son entièreté. Le pardon avait aidé tellement de gens à se remettre sur le droit chemin; à vivre une vie productive dans le respect des lois. Bien sûr qu’il est justifiable de vouloir restreindre l’accès de prédateurs sexuels au pardon. Mais le fait de prendre un cas isolé et de l’utiliser comme exemple de « pourquoi personne ne devrait avoir accès au pardon » est indigne d’un Premier Ministre. Toute cette histoire est un désolant exemple d’opportunisme politique. Comme c’est le cas pour plusieurs politiques conservatrices envers la justice criminelle.

Que vont faire les Libéraux ?

Il semble que les Libéraux veuillent renverser ou du moins modifier le programme du pardon pour qu’il ressemble à ce qu’il a un jour été. Il n’y a pas encore eu d’annonce officielle, donc il est assez difficile de prédire ce qui sera fait. Mais pourquoi ne pas s’amuser à émettre des hypothèses ? Voici mes prédictions pour ce qu’il adviendra du programme du pardon lorsque les Libéraux le réviseront :

  1. Le frais de soumission sera réduit
  2. Le temps d’attente pour les crimes mineurs sera réduit
  3. Le temps d’attente pour les crimes non-violents sera réduit
  4. Les crimes sexuels contre une victime mineure demeureront inadmissibles au pardon
  5. Le terme « suspension de casier » va rester en place au lieu de « pardon »
  6. Les gens vont continuer à utiliser le mot « pardon »

Je crois qu’il est assez difficile d’émettre d’autres possibilités qui seraient envisageables. Je ne peux pas garantir ce que  les Libéraux feront. Mais Ralph Goodale a la solide réputation d’être un homme raisonnable et je suis sûr qu’il sera plus enclin à se baser sur les faits réels… contrairement à la précédente attitude des Conservateurs. Donc, avec un peu de chance, nous verrons le nombre de demande de pardon revenir à ce qu’il était avant 2012.

 

 

About Michael Ashby

Michael Ashby is Co-Founder and Communications Director for the National Pardon Centre. Get in touch with Michael by sending an email to mashby@nationalpardon.org or calling extension 227.Michael Ashby est le co-fondateur et le directeur des communications au Centre du Pardon national. Contactez Michael par email au mashby@nationalpardon.org ou par téléphone au poste 227.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

newspaper templates - theme rewards